2_ Autobiographie aux noms propres

Atelier d’écriture semaine 2 sur TIERS LIVRE

« L’enjeu, en se risquant une première fois dans la grande lave de la prose Novarina, c’est d’abord la question du territoire, et de la relation de la langue à un lieu qui porte nom. »


001

image : Collage « Etre là – Limoges » de Mathilde Roux

A la Maternité des Lilas aller tout droit, regarder la nuit neige pousser la soeur qui dit pousse à 4. En rue du coq crier ; tête à langue qui part.
Arriver à Gagny, traverser de la rue Henri Maillard 6 à la rue Henri Maillard 3. Henri Maillard inconnu au bataillon. Du trou noir 2ème à l’arête de poisson 3ème en face qui double à 4 dans l’HLM des 3 Vallées.

Repérer les « y » alentours : la Dhuys, Le Raincy, Bondy, Noisy le Sec et le Grand, Neuilly sur Marne et Plaisance, Clichy sous bois. N’existent pas dans la VilleMomble et le MontFermeil.

Prendre à droite l’Ecole Jean de la Fontaine séparer toutes les particules : cuillère en bois à tête de bois cheveux laine, laisser couler madame Violette – Guillaume Godin blond – MariePierre en bouche de taureau – Tata Martin pour l’haché de cheval.

Rue Henri Maillard jusqu’au Monoprix visiter l’arête de poisson : pincer de l’index et du pouce la peau tendue entre l’index et le pouce serrer fort, Mamie Vera ou pas, yougoslave ou serbe ou croate ou pas Mamie Vera où ne pas mordre. Chez Picard la boucherie Picard du haché Monsieur Picard catacloper cru avec ou sans Vico.

En bas de l’arête, continuer sur l’Ecole Paul Laguesse et ingurgiter du « y » : Madame Poireau pour ne pas écrire picsine, Hamed Gaffar déglutir Hamed Gaffar, Moussa voir d’un verre à l’oeil, Monsieur Sorro sans Z et Richard Regginioli aux quatre I et trois R claquent la chance, pliée en deux.

De la rue Henri Maillard descendre l’arête de poisson vers le Caravaning des 4 vents : s’échapper de Lapère en Point P à Leroy Merlin, regarder par la fenêtre 505 Peugeot de la banquette arrière comment c’est loin tout en Brie : à Brie-Comte-Robert l’Obélisque en rond point de repère par la forêt, Lahoussaye s’arrêter t’as des piles t’as pas des piles, tourner à Crèvecoeur, ouvrir le vert aux 4 vents.
Contourner Monsieur Leroi pédaler raide comme la justice gris salopette gris clope au bec attends v’là si j’t’attrape.
Désosser le Poussin tout tordre brûler poussière musique ciel étoilé, herbe grasse danser minuit, nuit bougies noir, pas d’heure jamais d’heure détaler.
Jamais prier le lait frais de la ferme du Père Constant et les légumes du Prieuré Frère André.
Jouer au jeu des cent familles : derrière les Magrini dénoiseter les coccinelles et Linda avec ses trois langues hachées à cheval, à côté des Rault, autour de Madame Camille, les Montieil Pascal et Frédéric frères et fils, les Micovic Dragan Miranda et Lara, plus loin de l’autre côté Armelle-petit-Jésus tonton mais aussi les Martin près de la piscine, les Ronco dans la même allée que les Fer au milieu les Zuber.

En haut de l’arête poursuivre le collège Sévigné et ruminer du « y » : rue Contant Les Grands Coteaux parc Courbet chemin des Bourdons l’annexe du collège puis le bâtiment principal rue Léon Bry grilles qui montent les gars des Bosquets. Au bout de l’impasse le gymnase Bernard Vérité. Monsieur Bazin pourquoi 4 ans ? Effet Joule à vie. Lire le latin Rome devant La Machine à Ecrire.

Aux coins de la rue Henri Maillard grandir l’arête de poisson : cinéma-théâtre André Malraux, Bibliothèque municipale Georges Perec, Place du Baron Roger dénommée pour Place du Général de Gaulle, Chez Chimères fouiller, le Cabinet du docteur Jany, la pharmacie de Madame Odile et courir la forêt de Bondy, le stade Jean Bouin.
Eviter la cité des Fauvettes, des Dahlias et de Maison Rouge, passer le plateau des 7 îles tendues vers Clichy-sous-bois les cités du Chêne Pointu et des Bosquets sur Montfermeil ; apprendre à grogner.

Traverser le périphérique les premières nuits à Paris Zuber : aux Olympiades compter les dalles, le long du Disque la rue le 7 repérer, au Centre Commercial Galaxie bâfrer les rouleaux. Dire « Seine-Saint-Denis ».
Métro Jourdain déménager ? rue Henri Maillard rester.

Migrer Gare de l’Est-Aquaboulevard Gare de l’Est-Jaurès Garde de l’Est-rue Henri Maillard.
Faire une boucle à Drancy cité Danton cité Gaston Roulaud rue Roger Salengro carrefour des 6 routes rue Alphonse Daudet.
Estiver jusqu’à 6 au Camping La Pinède parce que Cavalaire la Plage de Bonporteau sur le chemin de bambous.
Penduler la Bretagne la Normandie Touques-Trouville-Deauville.
Transfront-aller en Yougoslavie Dubrovnik, en Tunisie, en Bulgarie Sofia Veliko Tarnovo Shumen Varna. Transfront-aller en Turquie Istanbul Hôtel Akdeniz Pamukkale Ephèse Cappadoce, en Grèce Athènes Parthénon canal de Corinthe théâtre d’Epidaure à la Porte de Mycènes le trésor de laiton ; Crète Corfou Chypre Nicosie mur murer mur. Aux Canaries et Baléares château trésor. Transfront-aller l’Atlantique Québec, Montréal, Tadoussac, les Laurentides, New-York, route 66, Denver, Colorado, Texas, Nouveau Mexique, Louisiane, Nouvelle Orléans.

Lycée Gustave Eiffel s’éloigner de la rue Henri Maillard depuis l’Avenue à l’Allée en Chemin : République-Renardière-Des Trois Noyers. Une ascension très technique, avec L depuis peu, régurgiter le « y » : avec Madame Corre-Goudot se mettre Tacite en joie de Méduse, prendre l’Enéide par le chant VI en bouche les croissants péchés dans le Léthé. Arêter le poisson.

Share Button