De l’affection des tuyaux

« De l’affection des tuyaux » est un projet qui se donne à explorer la relation de ces objets aux corps.

En chemin, là où sont réunies les conditions matérielles de la rencontre, paradoxalement fortuite et nécessaire.
Des tuyaux, considérés dans leur forme, c’est-à-dire en tant que représentation graphique et visuelle du mouvement.
La photographie est la première marque d’affection puisqu’elle établit le cadre de la rencontre, l’espace dans lequel le mouvement du tuyau s’affirme et interpelle.
L’affection s’entend ici au sens spinoziste du terme : la rencontre extérieure, ce « quelque chose qui arrive », l’action d’un mode extérieur sur le corps et la pensée qui modifie nécessairement la puissance d’agir. Il s’agira donc de rendre en compte en actes de la forme de ces affections.

Comment les tuyaux peuvent-ils affecter les corps – les « toucher » et donc les faire se mouvoir ?
De quelle manière le tuyau peut-il être un déclencheur d’action, une poïétique ?

 

Notes et réflexions sur


  • ce qui ne nous intéresse pas
  • l’objet de cette affection

 

Matériaux divers à usage incertain


 

Poïetique des tuyaux


Poïétique (déf) : étude des potentialités inscrites dans une situation donnée qui débouche sur une création nouvelle.