[je] dé-missionne – s’est écrit en fumée

d'un corps plus chaud et plus humide que l'air.
embrasant par échauffement mécanique.
par mots suspendus.
à l'horizon du regard qui pose l'envie.
sans assigner de forme unique.
coïncider au souffle de multiples affections_ parole danse livre.
conserver les potentialités incandescentes du texte, susceptible de transporter sa chaleur, de provoquer la naissance d'un autre feu, éloigné du foyer initial.
s'allier au vent pour se répandre et non pas se dissiper.
modifie la perception des couleurs et la lecture des mots.
pique un peu les yeux.
trouble la vue habituelle des choses entendues.
masque les positions exactes.
oblige à avancer mains et bras devant, prêts à toucher, se baisser, retrouver le contact du sol pour se mouvoir.
seuls risques : résister à l'opaque, ne pas comprendre, et chercher encore à voir, à reconnaître à tout prix reconnaître, se raccrocher aux formes distinguées.


Billets précédents :

[je] Dé-mission(ne)-s’est écrit en chemin

[je] Dé-mission(ne)-s’est écrit en butée

Une réaction? c’est ici