-S-

Soù l’attention nous porte


-S-érendipité ou

« se rendre disponible à ce qui se trouve sur «  » sans être suspendu à l’absolument désirable »F.Flahault, Be Yourself, Au-delà de la conception occidentale de l’individu, Mille et Une nuits, 2006

sans l’obsession de la maîtrise

attitude qui rejoint la posture dynamique en danse contemporaine qu’est l’attention/perception, sorte de « perception attentive » (Bergson, Matière et Mémoire)

_une pré-disposition comme un pré-mouvement

qui nous ouvre à.

La -S-érendipité ou la reconnaissance de notre besoin daffections.


Au point de rencontre, ce qui fait contact et dispose autrement :

♦ Le projet d’une science sociale spinoziste entrepris par Frédéric Lordon. Dans Capitalisme, désir et servitude, Marx et Spinoza, paru aux éditions La Fabrique en 2010, Lordon montre de quelle manière la philosophie de Spinoza est une source formidable de concepts pour aider à penser, expliquer et comprendre l’actualité dans ses dimensions les plus complexes. Son questionnement autour de la « mobilisation des corps », la place centrale accordée au « conatus » et donc du désir, la contestation du sujet comme être souverain et autonome ont profondément affecté mon écriture, c’est-à-dire son mouvement et son orientation, les choix narratifs et les relations à l’intérieur du récit.

♦ La critique sociale du temps menée par Hartmut Rosa dans Accélération (éditions La Découverte) a fait collision au même moment avec Lordon. Là encore, un esprit critique qui vient gratter en amont les présupposés et les soubassements d’une pensée qui se pare d’évidence. Rosa rappelle que le temps n’est pas une donnée naturelle mais un objet construit à partir d’une perception culturelle qui se développe en contre-poids d’une angoisse liée à la finitude, à la mort, et se traduit en normes temporelles intériorisées et « naturalisées » au point de ne plus faire débat. La rigueur de son analyse du processus d’accélération, considéré dans ses structures temporelles, aide à cerner la complexité de l’expérience vécue et à comprendre dans quelle mesure avoir le sentiment de « manquer de temps » ou de « courir » après lui est fonction de notre représentation du temps.

VOIR LE TOUT PAR LA